En Espagne, la participation de Podemos au gouvernement reste un point de blocage pour les socialistes

Par

Le socialiste espagnol Pedro Sánchez a présenté le 3 septembre quelque 370 mesures censées servir de socle à un accord avec Podemos, en vue d’un gouvernement. Tout en excluant fermement l’hypothèse d’une coalition avec Podemos. Il reste moins de trois semaines pour éviter le retour aux urnes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après les deux votes d’investiture perdus par Pedro Sánchez fin juillet, il ne reste qu’un peu moins de trois semaines au PSOE (socialistes) et à Unidas Podemos (gauche critique) pour s’entendre sur les contours d’un exécutif ancré à gauche. Faute de quoi les Espagnols retourneront aux urnes, le 10 novembre.