Crimes contre l’humanité au Kenya: l’incroyable double jeu du procureur de la CPI

Par

En 2010, la Cour pénale internationale accusait six responsables kényans, dont l’actuel chef de l’État, Uhuru Kenyatta, de crimes contre l’humanité commis en 2007. La totalité du dossier s’est depuis effondrée. Notre série Les Secrets de la Cour révèle les intrigues de l’ex-procureur Ocampo qui, après avoir inculpé Kenyatta, a œuvré en coulisses pour lui offrir « une sortie honorable ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 26 octobre prochain, les Kényans se rendront de nouveau aux urnes pour choisir entre les deux opposants historiques du pays, Uhuru Kenyatta et Raila Odinga. La victoire, le 8 août, du sortant Kenyatta a été invalidée, début septembre, par la Cour suprême à la suite d’une plainte de son adversaire. Au cours des derniers jours, l’opposition, qui demande une réforme de la commission électorale, a organisé des manifestations à Nairobi, réprimées par la police.