Au Cambodge, les Bunongs luttent pour leurs terres contre Vincent Bolloré

Par

Depuis l’implantation de la culture de l’hévéa, le mode de vie des Bunongs a été totalement déstabilisé. Des villageois demandent au milliardaire français la restitution de leurs terres devant le tribunal de grande instance de Nanterre et se battent pour la préservation de leurs ressources et de leur culture.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Phnom Penh (Cambodge), correspondance.-  C’est dans le Mondolkiri, la région la plus vaste et la moins peuplée du Cambodge, surnommée la « Suisse cambodgienne » pour ses collines d’un vert criard, ses pins et ses chutes d’eau, que le caoutchoutier Socfin-KCD a élu domicile en 2007. La Socfin-KCD est le fruit d’une joint-venture entre la holding Socfinasia, société de droit luxembourgeois détenue à hauteur de 38 % par le groupe Bolloré, et la Khao Chuly, une entreprise de construction cambodgienne, proche du pouvoir central.