Macron ferme la porte de l’UE à Erdoğan

Par

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a été reçu le 5 janvier à l’Élysée. Pour s’apercevoir que Paris ne briserait pas son isolement diplomatique. La conférence de presse commune fut pénible et symptomatique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce fut dit, sous les ors de l’Élysée, avec le sourire carnassier, le regard d’acier mais le ton mielleux du président de la République française : la Turquie du président Erdoğan ne saurait plus avant prétendre rallier l’UE « au vu des évolutions récentes ».