« Plutôt mourir que de me taire » : en Afghanistan, le combat de Rokhshana Rezaï

Traquée par les talibans parce qu’elle se bat pour les droits des femmes, Rokhshana Rezaï, 26 ans, se terre quelque part dans le pays. Mediapart a pu la rencontrer alors que les fondamentalistes islamistes redoublent de répression à l’égard des activistes féministes. Plusieurs sont portées disparues ou ont été tuées.

Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

5 février 2022 à 18h31

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Afghanistan.– Pour son père, elle est « une honte ». Pour sa mère, « une fierté ». Mais celle-ci ne la félicite qu’en aparté, jamais devant son mari ni publiquement : « Comme toute la société, Madar [« mère » en dari, le persan afghan – ndlr] est préoccupée par le qu’en-dira-t-on. » Rokhshana Rezaï milite pour les droits des femmes en Afghanistan. Dans son pays repassé sous le joug des talibans, c’est pire qu’une transgression, « un péché ». 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal