Au Mexique, «on peut mourir juste parce qu’on est une femme»

Par Marie Hibon

En janvier, plus de dix homicides de femmes par jour ont été recensés au Mexique. Dans les zones les plus dévastées, on y jette les femmes comme des déchets. Le nouveau gouvernement de gauche ne s’attaque pas au sujet. Premier volet de notre série sur les droits des femmes en Amérique latine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mexico (Mexique), correspondance. - Quand l’homme qui fumait une cigarette à la sortie du métro a agrippé Zúe Valenzuela par son sac à dos, elle a d’abord cru à une tentative de vol. Mais lorsqu’il a commencé à la traîner de force vers une voiture où se trouvaient deux personnes, l’avocate de 30 ans a vraiment paniqué. « Je me suis jetée par terre et me suis débattue en hurlant, relate la jeune femme. Un jeune homme qui passait s’est approché. Là, mon agresseur a dit : “Je la connais, elle fait juste une crise de rage. Allez, viens, on rentre à la maison !” Face à mon visage paniqué, le jeune homme a appelé les portiers de la rue à l’aide et mon agresseur a pris la fuite. »