Snowden en France : les arguties du pouvoir pour dire «non»

Par et

Le gouvernement refuse d'accorder au lanceur d'alerte Edward Snowden l'asile politique en France, en se réfugiant derrière la demande d'extradition effectuée par les États-Unis. « Cette décision est totalement politique », analyse Claire Rodier du Gisti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France n’a pas donné suite, jeudi 4 juillet, à la demande d’asile du lanceur d’alerte Edward Snowden, qui a révélé l’existence d’un système de surveillance mondial mis en place par les services de renseignement britanniques et américains. La nouvelle est tombée vers 18 heures dans un communiqué lapidaire du ministère de l’intérieur français : « La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite. »