Aux Etats-Unis, les électeurs au bord de la crise de nerfs

Par

À deux jours du scrutin, les Américains n'en peuvent plus d'une campagne électorale qui les a poussés dans leurs retranchements depuis 18 mois et qui, malheureusement, ne semble pas annoncer la fin de la polarisation du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Chicago (États-Unis).– « Merci les Cubs ! Merci pour la distraction ! » Vendredi 4 novembre 2016, dans les artères de la troisième plus grande ville des États-Unis, l’humeur est festive, débridée même. Toute la cité semble s’être donné rendez-vous dans la rue avec un tee-shirt bleu pour célébrer la victoire de l’équipe de base-ball des Cubs (les « Oursons ») lors des World Series deux jours auparavant. Cela faisait 108 ans que les Cubs n’avaient pas gagné le trophée, alors les autorités municipales ont organisé une parade que le journal local, dans un accès de grande modestie, a intitulé « la fête du siècle ! ». Rien que ça.