A Hambourg, au cœur du contre-G20

Par et Yann Levy (photos)

La réunion du G20 a commencé officiellement vendredi matin à Hambourg. Dès la veille, les opposants ont donné de la voix. La tension est encore montée d'un cran vendredi, avec une multiplication d'actions, de manifestations et de blocages, la plupart du temps menés par des membres de la gauche radicale, qui a débordé les forces de l'ordre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hambourg (Allemagne), envoyés spéciaux.– Au deuxième jour de grosses mobilisations contre la tenue du G20 à Hambourg, en Allemagne, et alors que les leaders des 20 pays commençaient à se réunir, la police locale a fini vendredi par demander du renfort. En cause : son débordement, le matin même, alors que les manifestations et blocages se multipliaient dans toute la ville. Le quartier d’Altona, à l’ouest, a été le plus touché (lire notre Boîte noire). Un rassemblement, annoncé la veille, a eu lieu à 7 heures du matin. Plusieurs centaines de manifestants vêtus de noir et masqués ont semble-t-il rapidement débordé les forces de l’ordre, se retrouvant à marcher seuls dans la rue. Selon un premier bilan, une vingtaine de voitures ont été incendiées et des commerces attaqués.