Mehdi Nemmouche, le djihadiste qui parlait trop

Par

Mediapart retrace le parcours de Mehdi Nemmouche, le premier djihadiste issu des rangs de Daech à avoir commis un attentat en Europe. Des rapports pénitentiaires illustrent les failles des services de renseignement. Et posent la question : le terroriste était-il suivi avant la tuerie du Musée juif de Bruxelles dont il est accusé ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On ne sait pas quel jour on est, quelque part entre le 22 février et le 30 mai 2014. On ne sait même pas sur quel continent on se trouve, Asie ou Europe. Ce qu'on sait : Mehdi Nemmouche compulse le Guide du routard consacré à Singapour et ne trouve pas ce qu'il y cherche. Aucune mention des mosquées qu'il a visitées pendant son périple. De cette omission a priori anodine du guide touristique, le terroriste acquiert une conviction : les services de renseignement sont après lui. C’est la surprenante conclusion qu’il livrera à un autre djihadiste à travers les murs de sa prison.