Trump n’a pas dit son dernier mot, même après le 8 novembre

Par

Et si le match Trump-Clinton ne se terminait pas mardi, mais se poursuivait dans les années à venir ? C’est une possibilité bien réelle. Télé ou parti politique, le potentiel de nuisance du candidat républicain est fait pour durer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Chicago (États-Unis).– Et si le match Trump-Clinton ne se terminait pas mardi 8 novembre, mais se poursuivait dans les mois, voire les années à venir ? C’est aujourd’hui une possibilité bien réelle. Il y a peu de chances pour que le résultat du vote aboutisse à un dilemme comme celui de la Floride en 2000 : les dernières prévisions des sondeurs et des analystes politiques, à 24 heures du scrutin, donnent toujours la victoire à Hillary Clinton. Mais il est probable que le duel entre les deux candidats se poursuivra bien au-delà. Car ni Donald Trump, ni la base du parti républicain ne laissent entendre qu’ils accepteront leur défaite et s’effaceront avec élégance, comme c’est généralement le cas au lendemain d’une élection dans les pays démocratiques.