Après la prise du Capitole, vient l’heure des comptes et de l’enquête

Par

Simples supporteurs du président, conspirationnistes QAnon, militants d’extrême droite, le profil des émeutiers du Capitole commence à émerger aux États-Unis où le FBI enquête désormais pour tenter d’identifier les auteurs des violences.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis).– Parmi ceux qui ont connu Nicholas R., « Nick », un jeune homme identifié comme l’un des assaillants du Capitole, beaucoup ont exprimé leur stupeur sur Facebook. « On vous avait dit qu’il était raciste. » « Il était si fier de la pancarte pro Trump qu’il avait dans son appartement. » Nick venait « régulièrement dans mon magasin, il jouait avec le chat pendant des heures ». « Un gentil gars. » « Un jour il a été vu en train d’enlever une affiche Black Lives Matter. »