Le Brésil n’en a pas fini avec le bolsonarisme

Avec 58 millions de votes, de nombreux parlementaires élus, des militants très mobilisés et une aura toute personnelle, Jair Bolsonaro a des atouts pour devenir un leader d’opposition tenace. Mais défait, il semble désorienté et apathique. Le bolsonarisme ne va cependant pas disparaître, et devrait rester l’une des principales forces politiques du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Brasilia (Brésil).– C’est le baroud d’honneur de ses plus fervents soutiens. Ce 30 décembre 2022, et depuis la victoire de Lula, ils sont encore présents dans le campement installé devant le quartier général de l’armée à Brasília. La foi envers Jair Bolsonaro y reste vivace, malgré son départ, la veille pour la Floride. « Un coup de maître, veut croire Marcia, pour arrêter le 31 à minuit tous les complotistes qui ont volé l’élection. » Iracina est moins enthousiaste, mais ne lui en tient pas non plus rigueur : « Il a droit au repos, le système s’est tellement acharné sur lui... »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal