Au Sénat américain, une «super-minorité» conservatrice domine la société

Par

Lors de l’envahissement du Sénat américain le 6 janvier dernier, les grandes figures du panthéon réactionnaire ont dû se retourner dans leurs tombes. Cette foule ne savait-elle pas qu’elle s’attaquait à un bunker fidèle du mouvement conservateur ? On en voit l’illustration avec le débat sur le salaire minimal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rares sont les perversions ou défaillances de la société américaine qui ne portent pas la marque du Sénat, ce corps législatif regroupant 100 élus  deux pour chaque État – par où doit passer n’importe quel projet de loi fédérale. Pour comprendre la lenteur et les tergiversions sur la justice raciale, la faiblesse de l’État social américain ou la mollesse du Parti démocrate, il est nécessaire de comprendre le Sénat.