Les mille et une vies des profs de l’Oklahoma

Par

L’Oklahoma, un État dirigé par la droite dure, a tout misé sur l’extraction pétrolière et sacrifié ses services publics. Pour la première fois depuis près de 30 ans, les profs se rebiffent. Ils sont si mal payés qu’en plus des cours, ils doivent conduire pour Uber ou donner des cours à distance à des enfants chinois. Leur grève est très suivie : ils nont plus rien à perdre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tulsa (Oklahoma), de notre envoyé spécial.-  L’« Union Pacific » siffle plusieurs fois en passant à hauteur d’Oologah, de longs klaxons inhabituels, amicaux et solidaires. Au bord de la Nationale, Kelli, Carrie et Sarah saluent le long train jaune qui fend les grandes plaines du pays cherokee. Elles agitent de plus belle leurs pancartes : « Il est temps ! », « Vos enfants sont notre raison d’être », « Je lutte pour des crédits ».