Etats-Unis: les victimes du racisme anti-asiatique commencent à se mobiliser

Par

Aux États-Unis, les actes racistes envers les Américains ou les immigrés originaires d’Asie du Sud-Est ont explosé pendant la pandémie, jusqu’à doubler à Los Angeles. Un phénomène auparavant peu visible, alimenté entre autres par la rhétorique xénophobe de Donald Trump.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Californie (États-Unis).–  Dans le comté d’Orange, en Californie, Kaila a passé le week-end de Pâques à manifester. Étudiante en communication, elle raconte des années de commentaires xénophobes ou racistes. « L’odeur » de ses sandwichs moqués quand elle était à l’école, ses yeux « pas assez » ou trop « bridés » d’après les agences de mannequins auprès desquelles elle a postulé plus tard. Tous ces souvenirs refoulés sont remontés le 16 mars dernier, après les tueries d’Atlanta.