La présidence tournante de l'UE, un anachronisme

Par

Jean-Claude Juncker s’est emporté, à Strasbourg, face à l’absentéisme massif des eurodéputés, lors d’un discours de clôture de la présidence maltaise de l’UE. Mais il a oublié de dire l’essentiel : le rituel de la présidence tournante de l’UE, qui plus est quand elle est assurée par l’un des paradis fiscaux de l’Europe, n’a plus aucun sens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Claude Juncker est comme n’importe quel dirigeant politique : il n’aime pas parler devant un auditoire quasiment vide. Il l’a fait savoir à sa manière, mardi à Strasbourg. « Le Parlement européen est ridicule. Très ridicule. Je salue ceux qui se sont donné la peine d’être en salle. Mais le fait qu’une trentaine de députés assiste à ce débat démontre que le Parlement n’est pas sérieux », a lancé le président de la Commission européenne. Il intervenait ce matin-là aux côtés du premier ministre maltais, Joseph Muscat, dont le pays a assuré la présidence tournante de l’UE pendant six mois, jusqu’à fin juin.