La Chine en passe d’être une «zone interdite» pour les journalistes étrangers

Par

Craignant d’être arrêtés par les autorités, deux correspondants australiens ont dû quitter la Chine. Un nouveau signe des tensions croissantes entre Canberra et Pékin et de la quasi-impossibilité de travailler en Chine pour les journalistes étrangers. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois depuis 1972, il n’y a plus de correspondants australiens sur le sol chinois. Lundi 7 septembre, Bill Birtles, installé à Pékin pour la télévision ABC, et Mike Smith, qui travaillait depuis Shanghai pour l’Australian Financial Review, ont pris un avion pour retourner dans leur pays de peur d’être arrêtés par les autorités chinoises.