Macron en Afrique, les faux adieux de Ouagadougou

Par

« Il n’y a plus de politique africaine de la France », a dit à Ouagadougou le président français. Et pourtant, ce voyage en Afrique a quelque chose d’un trafic d’apparence. Franc CFA, passé colonial, immigration, natalité : Emmanuel Macron a utilisé tous les procédés qui permettent de créer un monde nouveau, mais reconduisent la vieille raison coloniale sous les traits de la bonne gestion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On l’avait trouvé impertinent, le jeune président Thomas Sankara, lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou le 17 novembre 1986. Délaissant les usages diplomatiques, il avait mis à profit la visite d’un président français pour fustiger le néocolonialisme, l’apartheid en Afrique du Sud et, plus généralement, les relations Nord/Sud. Évoquant les « zones de tempête » qui menaçaient la paix dans le monde, de la Palestine au Nicaragua, il était même allé jusqu’à reprocher à la France d’avoir reçu « des bandits, comme Jonas Savimbi, des tueurs comme Pieter Botha qui l’ont tachée de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang ».