En attendant les élections, Madagascar redoute une nouvelle crise politique

Par

À Madagascar, le prochain scrutin présidentiel est prévu fin 2018, mais de nombreux analystes craignent déjà qu’il ne soit précédé – ou suivi – d'une nouvelle crise politique, aussi dévastatrice que les précédentes. Responsables de cette situation : les élites dirigeantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Madagascar, envoyée spéciale.– Dans sa chanson « Mozambika », composée en 1977, le célèbre groupe malgache Mahaleo s’interroge : « Gasikara handeha ho aiza ? », demande-t-il. Ce qui signifie en français : « Où va Madagascar ? » Quarante ans plus tard, la question reste d’actualité : l’île rouge, extrêmement riche en ressources naturelles, suit une trajectoire singulière, marquée par une succession de crises politiques et une pauvreté toujours croissante, qui déroute les experts. Et la tendance ne semble pas s’inverser : beaucoup d’analystes redoutent de nouveaux troubles d’ici à l’élection présidentielle, prévue pour fin 2018.