«Je ne baisserai pas les bras, je retournerai manifester»

Par

Avec la multiplication des condamnations à de la prison ferme, les manifestants russes risquent gros désormais. À Sotchi, sur les bords de la mer Noire, Veronika veut continuer à croire qu’un changement est possible, alors qu'elle a déjà été interpellée, interrogée, et qu'elle a « cru mourir ». Témoignage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moscou (Russie).– Le 23 janvier dernier, à Sotchi, plus de 1 500 personnes sont sorties manifester pacifiquement en soutien à l’opposant Alexeï Navalny. Le chiffre peut sembler faible, mais il est inédit pour cette petite ville de province, située sur les bords de la mer Noire.