Kanhaiya Kumar, le leader étudiant qui tient tête au premier ministre indien

Pris pour cible par le gouvernement nationaliste au pouvoir à Delhi, le jeune homme est sorti de prison après trois semaines d’incarcération. Il se retrouve au centre du débat public et les partis d’opposition le courtisent, à l’approche de scrutins régionaux qui s’annoncent déterminants.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Des affiches placardées dans le district de Badaun offrent 500 000 roupies (6 800 euros) à qui arrivera à couper sa langue. Dans les rues de la capitale, Delhi, c’est sa tête qui est carrément mise à prix, pour 1,1 million de roupies (15 000 euros). Kanhaiya Kumar, leader du syndicat étudiant de la Jawaharlal Nehru University (JNU) d’où est partie la révolte qui secoue l’Inde depuis mi-février, est devenu la cible numéro un des nationalistes hindous, qui n’ont décidément plus de limites. Les auteurs de ces avis de recherche stupéfiants ont certes été arrêtés et exclus du Parti du peuple indien (Bharatiya Janata Party, BJP) dont est issu le premier ministre, Narendra Modi, ils n’en restent pas moins soutenus implicitement par le gouvernement. Lundi 7 mars, la ministre de l’éducation nationale, Smriti Irani, a participé à une réunion « d’information » organisée par une ONG proche du Corps des volontaires nationaux (Rashtriya Swayamsevak Sangh, RSS), la maison mère idéologique du BJP, au cours de laquelle « communistes et djihadistes » ont été accusés d’être à la manœuvre sur les campus. La JNU a été assimilée à une « pépinière de sécessionnistes » où l’extrême gauche ne penserait qu’à une chose : faire disparaître l’Inde.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Exécutif — Analyse
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
France
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Santé — Enquête
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Énergies — Analyse
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Attention inflation ! — Analyse
L’inflation alimente le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Le procès des attentats du 13-Novembre
Pourquoi Salah Abdeslam n’a pas convaincu la cour d’assises
Dans son verdict condamnant le dixième homme des commandos de Paris à une peine de perpétuité incompressible, la cour d’assises spéciale souligne « son absence de réflexion réelle » et « sa volonté de ne pas trahir l’État islamique ».
par Karl Laske

Nos émissions