Brexit: le Royaume-Uni risque la paralysie

Par

La démission de David Davis dimanche soir, suivie de celle de Boris Johnson, lundi après-midi, relance la crise dans laquelle la cheffe du gouvernement Theresa May s’est engluée : le parti conservateur est incapable de surmonter ses divisions sur le Brexit. Au-delà des ambitions politiques personnelles de Johnson, le pays semble plus que jamais dans l’impasse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), de notre correspondante - Theresa May a perdu son pari. En nommant Boris Johnson aux affaires étrangères en juillet 2016, la successeure de David Cameron espérait dompter l’incontrôlable ex-maire de Londres, coleader du Vote for Leave, camp des partisans du Brexit pendant la campagne référendaire du printemps 2016 sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.