Obama, le grand abdicataire

Par
À force de céder face à une minorité de droite ultra-conservatrice, et uniquement décidée à l'abattre, le président des Etats-Unis n'est pas capable de prendre les décisions nécessaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les hommes politiques américains, et la plupart des journalistes qui les observent, ont deux phrases préférées qui, à la longue, sont devenues des clichés. La première est attribuée au président Harry Truman : « Si tu veux un ami à Washington, prends un chien ! » La seconde est censée caractériser la modération intrinsèque, et donc la justesse, d'une décision politique : « Si la droite et la gauche s'opposent à moi, c'est que je dois être dans le vrai. »