Obama, le grand abdicataire

À force de céder face à une minorité de droite ultra-conservatrice, et uniquement décidée à l'abattre, le président des Etats-Unis n'est pas capable de prendre les décisions nécessaires.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les hommes politiques américains, et la plupart des journalistes qui les observent, ont deux phrases préférées qui, à la longue, sont devenues des clichés. La première est attribuée au président Harry Truman : « Si tu veux un ami à Washington, prends un chien ! » La seconde est censée caractériser la modération intrinsèque, et donc la justesse, d'une décision politique : « Si la droite et la gauche s'opposent à moi, c'est que je dois être dans le vrai. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal