A Helsinki, la droite européenne tait ses désaccords, sous la pression des extrêmes

Par

Malmenée dans les urnes, la droite européenne a désigné son chef de file en vue des élections européennes, l’Allemand Manfred Weber. Quitte à relancer les critiques sur l’emprise de l’Allemagne sur les institutions de l’Union européenne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Helsinki (Finlande), de notre envoyé spécial.- La première famille politique européenne, en repli dans les urnes presque partout sur le continent, espère avoir trouvé la parade face à la poussée des extrêmes droites qui menace son unité : elle vient de déplacer un peu plus à droite son curseur politique, à l’issue d’un congrès de deux jours qui s’est achevé jeudi 8 novembre à Helsinki.