L’Espagne face aux imperfections de sa «Transition démocratique»

Par

Les Espagnols sont appelés aux urnes dimanche 10 novembre, pour les quatrièmes législatives en quatre ans. De la Catalogne à l’exhumation des restes de Franco, le legs de la « Transition démocratique », entamée en 1975, est au cœur d’une crise politique que ce nouveau scrutin aura bien du mal à résoudre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’il fallait ramener chaque cycle politique à une image emblématique, la crise que traverse l’Espagne, qui organise ce dimanche 10 novembre ses quatrièmes élections législatives en quatre ans, pourrait ressembler à celle-ci : une capture d’écran d’un direct retransmis sur la chaîne de télévision privée La Sexta, vendredi 18 octobre, aux alentours de 19 h 30. L’écran est coupé en deux, ou plutôt en trois, et ce split-screen résume à lui seul le vertige que connaît actuellement le pays.