Taxe Tobin: les banques font leur marché chez les hauts fonctionnaires

La taxe sur les transactions financières ne devrait pas voir le jour en Europe avant 2016. Les discussions à Bruxelles se sont soldées par un énième échec. Au même moment, des transferts professionnels relancent le débat sur la porosité entre Bercy et le lobby bancaire.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C'est un exemple de transfert dont la France a le secret. L'un des principaux porte-parole des positions françaises, dans les dossiers économiques et financiers à Bruxelles, vient de rejoindre le secteur bancaire privé. Alors que les ministres des finances réunis lundi à Bruxelles n'ont pas réussi à s'entendre sur les contours d'une future « taxe Tobin » européenne, ce changement de casquette relance le débat sur la mainmise de l'industrie financière sur l'élite politique de la France.
Benoît de La Chapelle était, depuis 2010, responsable des « affaires financières et monétaires » au sein de la représentation permanente française auprès des institutions européennes. Un poste influent à Bruxelles, qu'il a occupé en pleine tempête économique. Il l'a quitté pour rejoindre, le 3 novembre 2014, la Fédération bancaire française (FBF). À 44 ans, La Chapelle est désormais directeur délégué de la FBF, lobby de l'industrie bancaire française, et l'un des plus fervents adversaires à l'actuelle taxe sur les transactions financières. « Il est chargé d'assister la directrice générale dans l'ensemble de ses missions, y compris à l'international », précise une porte-parole de la FBF, jointe par Mediapart.
La compétence de ce conseiller, qui fut aussi directeur de cabinet adjoint de Jean-Pierre Jouyet, lorsque ce dernier était secrétaire d'État aux affaires européennes, n'est pas directement en cause. Mais ce mouvement est un nouveau cas flagrant de « portes tournantes » (« revolving doors »), ces allers-retours entre public et privé, que dénoncent à longueur de journée certaines ONG et d'autres observateurs, aux effets ravageurs sur l'avancée des politiques publiques.
Dans un essai récent (La Capture, La Découverte, 2014), Christian Chavagneux et Thierry Philipponnat décrivent avec précision ce phénomène de « capture » d'une partie du politique par la finance, particulièrement vif, estiment-ils, dans l'Hexagone. « En France, la capture est largement sociologique du fait du système organisé de pantouflage et de la consanguinité bien connue des élites financières. Cette situation, combinée avec l'extrême concentration du système bancaire français, explique la volonté, non avouée mais bien réelle, de Paris de ne pas réformer la structure des banques », écrivent les deux spécialistes. On pourrait ajouter : cette situation explique aussi, en partie, le manque d'ambition de l'exécutif français dans le dossier de la future « taxe Tobin » européenne.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Chômage
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Santé — Analyse
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Europe — Reportage
Après la victoire de Giorgia Meloni, les féministes veulent réveiller l’Italie
L’accession au pouvoir du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, de ses idées racistes, de sa culture patriarcale et de son homophobie décomplexée, fait craindre le pire en Italie. Le pays enregistre déjà un lourd retard en matière de droits des femmes. Mais une nouvelle génération entend bousculer l’ordre établi.
par Ellen Salvi