L’ancien maire d’Istanbul Ekrem Imamoglu: «Nous menons un combat pour la démocratie»

Par

Après l’annulation de son élection à la mairie d’Istanbul, la figure de l’opposition Ekrem Imamoglu espère remporter le nouveau scrutin, le 23 juin, grâce à la mobilisation de volontaires dans les bureaux de vote. Il promet des révélations sur la gestion de la métropole par l’AKP.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– Élu d’une courte tête le 31 mars à la mairie d’Istanbul, le social-démocrate (CHP) Ekrem Imamoglu a été déchu de sa fonction lundi, après une annulation très contestée du vote, réclamée par le président Recep Tayyip Erdogan, au moyen d’un vice de procédure. Malgré les doutes pesant sur l’équité du prochain scrutin, fixé au 23 juin, l’élu d’opposition se dit confiant dans la capacité de mobilisation de ses sympathisants et promet des révélations, lors de la campagne, sur les irrégularités qu’il a constatées dans la gestion de la ville par le parti présidentiel islamo-conservateur AKP.