Grèce: Tsipras multiplie les concessions à Bruxelles

Par et

Alexis Tsipras a fait parvenir ses engagements d'économies et de réformes aux créanciers, pour obtenir d'ici dimanche un nouveau plan d'aide. Il multiplie les concessions, sous la menace d'un « Grexit », mais aussi dans l'espoir de décrocher en retour des avancées sur le front de la dette. Le parlement grec a donné son feu vert vendredi, à la veille d'un Eurogroupe décisif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est le document sur lequel vont se jouer les 48 heures à venir à Bruxelles, et une bonne partie de l'avenir de la Grèce – dans ou hors de la zone euro. Athènes a fait parvenir jeudi soir, en temps et en heure comme Alexis Tsipras s'y était engagé en début de semaine, sa liste d'« actions prioritaires ». En échange de quoi la Grèce espère obtenir un méga-prêt sur trois ans (jusqu'à 2018) auprès des institutions, chiffré à 53,5 milliards d'euros, pour éviter la sortie de la zone euro. Mais aussi des engagements des créanciers pour alléger, d'une manière ou d'une autre, sa dette.