Pourquoi la Cour pénale internationale reste inerte

Aucune enquête n'a été ouverte sur le dossier syrien à la Cour pénale internationale. En cause : l'absence de cohésion du conseil de sécurité de l'ONU. Les ONG espèrent que la résolution de la France portera sur la saisine de la Cour, une idée que Laurent Fabius avance dans un projet déjà qualifié d'« inacceptable » par le ministère des affaires étrangères russe.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Alors que le procès pour crimes contre l’humanité du vice-président du Kenya William Ruto s'est ouvert à La Haye, mardi 10 septembre, et que celui du président kényan Uhuru Kenyatta se déroulera dans deux mois, dans le cas syrien, la Cour pénale internationale (CPI) n’a pu ouvrir la moindre enquête. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal