La contestation gagne, l’Ethiopie vacille

Par

Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence. Un tournant après un an de manifestations, mettant récemment à mal des entreprises étrangères, dans ce pays longtemps montré en exemple pour sa stabilité et sa croissance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bishoftu, Addis-Abeba (Ethiopie), envoyé spécial.-  Au fond du fossé, cinq à six mètres en contrebas de là où la foule se presse, une poignée d’hommes manie la pioche et la pelle. Peut-être trouveront-ils encore des corps sous la terre sèche. « On en a remonté trois, ce matin », dit l’un. Seulement deux, dit un autre. Dans la poussière, il ne reste que des vestiges de vie : sandales, t-shirts, bouteilles en plastique…