Irak: une économie ravagée par près de quatre décennies de conflits

Par

La révolte des Irakiens est aussi le produit d’une économie détruite par les crises politiques et qui, sans soutien réel de la communauté internationale, se contente d’une redistribution court-termiste de la rente pétrolière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La révolte des Irakiens se déroule dans le contexte d’une économie ravagée par près de 40 ans de conflits. L’histoire économique de l’Irak est en effet celle d’une longue descente aux enfers qui place aujourd’hui ce pays dans une immense dépendance, nocive aux revenus du pétrole et aux financements internationaux. C’est l’histoire d’un État soumis en permanence à la violence, à la corruption et à la pression de millions de réfugiés internes, et qui est devenu incapable d’assurer la sécurité et son rôle de fournisseur de services publics de santé ou d’éducation.