La Belgique décolonise à tout petits pas son grand musée de l’Afrique

Par

L’énorme musée royal de l’Afrique centrale, près de Bruxelles, rouvre ses portes après cinq années de fermeture. Rénové de fond en comble, le défi était de décoloniser ce qui demeurait un puissant outil de propagande de la colonisation belge au Congo. Le résultat est vivement critiqué par les représentants des diasporas africaines et illustre comment ce passé colonial demeure tabou en Belgique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), envoyé spécial.– On l'appelait le dernier grand musée colonial au monde. Le musée royal de l'Afrique centrale (Mrac) était « un dinosaure congelé », dit un de ses experts, portant le désastreux message d'une ode à la colonisation et de la nostalgie de ce que fut l'empire belge au Congo, au Burundi et au Rwanda. Après cinq années de fermeture, le Mrac rebaptisé Africamuseum a rouvert ses portes dimanche 9 décembre dans l'ancien domaine royal de Tervuren, près de Bruxelles. Tout à la fois musée d'art, d'anthropologie et de sciences naturelles, il possède des collections parmi les plus importantes au monde.