Droites et extrême droite défilent ensemble à Madrid, sans faire le plein

Par

Quelque 50 000 personnes ont défilé dimanche à Madrid pour réclamer la démission du chef du gouvernement socialiste. Elles l’accusent de complaisance avec Barcelone. Alors que s’ouvre mardi le procès des indépendantistes catalans, des cadres socialistes misent sur des élections générales anticipées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À deux jours de l’ouverture du procès de douze dirigeants indépendantistes catalans à Madrid, quelque 50 000 personnes ont défilé à Madrid dimanche 10 février, pour dénoncer la « trahison » du socialiste Pedro Sánchez, et réclamer la démission du chef du gouvernement espagnol. Sánchez est accusé d’avoir trop cédé dans ses négociations avec Barcelone, dans l’espoir de sauver sa peau à la tête d’un gouvernement minoritaire qu’il dirige depuis juin 2018.