Avec le procès de Dilma Rousseff, le Brésil se dirige «au pas de course vers une crise de régime»

Par

Le Sénat brésilien a approuvé jeudi, par 55 voix contre 22, l'ouverture d'un procès en destitution de la présidente, accusée d'avoir maquillé les comptes publics. Selon le politologue Paulo Peres, professeur à l’université du Rio Grande do Sul, les derniers épisodes de la crise politique brésilienne déstabilisent profondément le pays et mettent en danger la démocratie. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante à Rio de Janeiro (Brésil).- « À ce stade, ce n’est plus un coup d’État, c’est du mauvais porno. »Le politologue Paulo Peres, professeur à l’université du Rio Grande do Sul, se réfugie dans l’ironie pour qualifier les derniers épisodes de la crise politique brésilienne. Le Sénat brésilien a approuvé jeudi 12 mai, par 55 voix contre 22 l'ouverture, d'un procès en destitution de la présidente Dilma Rousseff, accusée d'avoir maquillé les comptes publics.