Total et son PDG à nouveau accusés de corruption

Par

Le groupe français Total et son PDG Christophe de Margerie sont de nouveau sous la menace d’un procès pour corruption, au sujet d’importants contrats gaziers et pétroliers en Iran. Soixante-trois millions de dollars de pots-de-vin ont été identifiés lors de l'enquête judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 16 mai dernier, le parquet de Paris a requis le renvoi devant le tribunal correctionnel de Total SA pour « corruption active d’agents publics étrangers », et de son PDG, Christophe de Margerie, pour « abus de biens sociaux » et « corruption active d’agents publics étrangers », ainsi que de deux ressortissants iraniens, Abbas Yazdanpanah Yazdi et Bijan Dadfar, au sujet d’importants contrats gaziers et pétroliers en Iran.