Dans le centre du Mali, un nouveau massacre fait suite à de nouvelles défaillances

Par

Le hameau de Sobame-Dah a connu à son tour l’horreur ce dimanche 9 juin. Cette fois, les victimes ne sont pas peules, mais dogons. L’attaque n’a pas été revendiquée, et pourrait provenir de groupes djihadistes actifs dans cette zone ou de milices d’autodéfense. Le gouvernement malien semble toujours incapable de faire face à cette spirale meurtrière d’attaques et de représailles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À chaque fois, ce sont les mêmes images effroyables qui nous parviennent du centre du Mali : des maisons incendiées encore fumantes lorsque les premiers secours arrivent, des cours calcinées au milieu desquelles on devine la présence de cadavres (voir ici), des corps sans vie d’hommes, de femmes et d’enfants rassemblés avant leur inhumation. Les mêmes récits aussi : des hommes armés arrivent à pied ou sur des motos, encerclent le village, tirent sur tout ce qui bouge, y compris les animaux, et mettent le feu aux abris dans lesquels se sont réfugiés des survivants.