Les Ukrainiens se tournent vers les vaccins indiens et chinois

Par

Sans possibilité d’acheter le vaccin russe et face aux retards des initiatives occidentales, Kiev peine à trouver des sources alternatives pour vacciner ses 42 millions d’habitants contre le coronavirus. Fin décembre, l'Ukraine a annoncé avoir sécurisé 1,9 million de doses du vaccin chinois Sinovac, à l’efficacité incertaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kiev (Ukraine).– « Une voiture, que ce soit une Citroën ou une Mercedes, ce qui compte, c’est qu’elle marche. Les vaccins, c’est pareil », lance Iouri Osadtchy. Ce médecin urgentiste de Haïssyn, une petite ville à 250 kilomètres au sud de Kiev, s’est fait vacciner contre le Covid-19 avec l’une des premières doses arrivées le 23 février depuis l’Inde. L’Ukraine commence timidement et sur le tard sa campagne de vaccination, deux mois après les premières inoculations en Europe.