Journalistes assassinés en Syrie: la justice française réunit des éléments contre le régime Assad

Par

Mediapart révèle des éléments du dossier concernant le bombardement du centre de presse de Homs en 2012, où deux journalistes, Marie Colvin et Rémi Ochlik, ont été tués. Il met en évidence la volonté de tuer et la chaîne de commandement qui remonte au frère de Bachar al-Assad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En sept années de guerre, le conflit syrien a produit tellement d’atrocités qu’elles ont tendance à s’effacer de nos mémoires. Les attaques chimiques chassent les bombardements indiscriminés, la parole des victimes de tortures succède aux images d’exécutions sommaires. Pourtant, certains crimes subsistent parfois ailleurs que dans les souvenirs des rescapés et les rapports des ONG. Par exemple, la justice française instruit un de ces “vieux” crimes des débuts du conflit qui pourrait, si la procédure va jusqu’au bout, aboutir à une inculpation pour crimes de guerre d’au moins trois hauts responsables du régime syrien, dont le propre frère de Bachar al-Assad, Maher.