Quand le pétrole passe sous les 50 dollars

Par

En six mois, le prix du pétrole a perdu 55 % de sa valeur. Les pays occidentaux importateurs y voient un effet inespéré, redonnant du pouvoir d’achat aux ménages et relançant leur économie. D’autres sont plus pessimistes et se demandent si nous n'assistons pas à l’éclatement d’une bulle financière qui pourrait envoyer l’économie dans le décor.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’où ira la baisse du prix du pétrole ? Les paris sont ouverts chez les financiers, alors que chaque jour est marqué par une nouvelle chute des cours. Lundi 5 janvier, le WTI (West Texas Interdemiate), le pétrole qui sert de référence aux États-Unis, est tombé en dessous des 50 dollars le baril. Trois jours plus tard, le Brent, pétrole de référence en Europe, passait à son tour ce seuil symbolique. Depuis, les cours poursuivent leur chute. Lundi 12 janvier, le WTI cotait 46,50 dollars et le Brent était à 47,63 dollars le baril. En six mois, le prix du pétrole a perdu 55 % de sa valeur. Il n’a jamais été aussi bas depuis 2009, au moment de la crise financière.