Bruxelles place la Pologne sous surveillance

Par

Après les mesures inquiétantes prises par le nouveau gouvernement polonais, la Commission s’est saisie du dossier ce mercredi 13 janvier. Pour comprendre les enjeux de cette décision inédite, Mediapart a interrogé des élus et des analystes européens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un serpent de mer, depuis que Viktor Orbán a pris en 2010 la tête du gouvernement hongrois. Comment l'Union européenne (UE) peut-elle réagir face à la dérive autoritaire de ses propres membres ? La Commission, ce mercredi 13 janvier, a fait un geste fort. Elle a décidé de lancer une procédure formelle de surveillance de la Pologne, première étape d'un mécanisme européen visant à préserver l'État de droit dans les pays membres.