Les eurodéputés veulent que la Commission se libère des lobbies du tabac

Les eurodéputés exhortent la commission européenne à ne pas reconduire un accord sulfureux, qui la lie depuis douze ans au géant du tabac Philip Morris. Cet accord «revient à confier la lutte contre la criminalité organisée à Al Capone», estime ainsi l’écolo français José Bové. L’exécutif de Jean-Claude Juncker hésite.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles. – Le contrat a été signé il y a 12 ans. Mais il continue d’alimenter les soupçons de conflits d’intérêts, et les inquiétudes sur l’influence de l’industrie du tabac à Bruxelles. L’éventuelle reconduction de cet accord sulfureux, qui expire en juillet, provoque déjà nombre de remous dans la bulle bruxelloise. Afin de participer au financement de la lutte contre la contrefaçon, Philip Morris International, l’un des principaux fabricants de cigarettes, verse chaque année de copieuses sommes d’argent au budget de la commission comme à ceux des 28 États de l’UE. Sur la période 2004-2016, l’enveloppe atteint 1,25 milliard d’euros.
Faut-il reconduire l’accord ? Et, par ricochets, ceux que la même commission avait conclus dans la foulée avec d’autres géants du tabac, Japan Tobacco (en 2007), British American Tobacco et Imperial Tobacco (en 2010) ? À cette question, les eurodéputés réunis à Strasbourg ont répondu mercredi dernier par la négative. Dans une résolution adoptée avec une nette majorité (414 pour, 214 contre, 66 abstentions), ils « demandent à la commission de ne pas renouveler, prolonger ou renégocier l’accord au-delà de sa date d’expiration actuelle ».
Si l’on s’en tient à la liste des votes sur un paragraphe clé du texte (la seule disponible), une très large majorité du PPE (la droite conservatrice, premier groupe de l’hémicycle par le nombre d’élus) s’est tout de même prononcée pour la reconduction du texte. Mais ces élus ont été mis en minorité par une alliance courant des sociaux-démocrates (à l’initiative du texte) aux Verts, passant par la gauche de la GUE, ou encore le Front national de Marine Le Pen. Ceux des 74 eurodéputés français qui étaient présents ont, eux, quasiment tous voté contre la prolongation de l’accord, tous partis confondus (y compris Les républicains). Seul Aymeric Chauprade, ex-élu FN écarté du groupe l’an dernier, a voté pour la prolongation de l’accord.
« Les 700 000 décès prématurés par an dans l’UE méritent une lutte implacable contre ces entreprises qui bafouent la santé publique et qui (…) financent une armée de lobbyistes pour préserver leur rente et la rémunération de leurs actionnaires », a fait savoir la délégation socialiste française, à l’issue du vote. « Les eurodéputés ont permis de mettre un terme à cet accord de dupes qui aurait permis à Philip Morris de continuer tranquillement ses petites affaires sous couvert de respectabilité. Le parlement européen a su résister au lobbying très agressif des cigarettiers qui s'est manifesté jusqu'au dernier moment », se félicite, de son côté, Philippe Juvin, des Républicains, qui dit avoir beaucoup bataillé, en interne, pour inverser la tendance majoritaire au sein du PPE – en vain. Cet accord avec Philip Morris « revient à confier la lutte contre la criminalité organisée à Al Capone », a réagi, de son côté, l’écolo français José Bové.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Exécutif — Analyse
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Politique
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Santé — Enquête
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Énergies — Analyse
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Attention inflation ! — Analyse
L’inflation alimente le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Le procès des attentats du 13-Novembre
Pourquoi Salah Abdeslam n’a pas convaincu la cour d’assises
Dans son verdict condamnant le dixième homme des commandos de Paris à une peine de perpétuité incompressible, la cour d’assises spéciale souligne « son absence de réflexion réelle » et « sa volonté de ne pas trahir l’État islamique ».
par Karl Laske

Nos émissions