L’Albanie menace de devenir la décharge de l’Europe

Par , et et Simon Rico

Alors que l’Albanie a déjà du mal à traiter ses propres ordures, le gouvernement veut favoriser l’importation de déchets étrangers, théoriquement afin de développer l’industrie du recyclage. De puissants réseaux sont en place, en lien avec les « rois des poubelles » italiens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tirana (Albanie), de nos envoyés spéciaux.-  Quelques ombres descendent d’une montagne de déchets, le dos courbé sous d’énormes sacs de toile chargés de bouteilles en plastique. Pour nourrir ses deux enfants et son mari handicapé, Valbona travaille chaque nuit dans l’immense décharge de Sharra, perdue dans les collines derrière les nouveaux immeubles de la périphérie de la capitale, Tirana. « Je gagne sept euros par jour », explique la jeune femme, assommée par la fatigue, le visage caché par un masque improvisé pour se protéger des émanations de gaz.