En Argentine, le président ouvre la voie à la légalisation de l’avortement

Par Camille Audibert

Alberto Fernández a choisi l’ouverture des sessions au Congrès le 1er mars pour annoncer formellement la préparation du projet. Depuis 2015, une jeune génération de féministes a apporté un nouveau souffle au combat pour la légalisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’avenue qui mène droit au Congrès argentin se mouchette de petits foulards verts, brandis vers le ciel au tempo des tambours. « Avortement légal, à l’hôpital », scandent les manifestantes, le tissu, symbole de la lutte pour la légalisation de l’avortement, noué autour du poignet. « Le patriarcat va tomber, le féminisme va l’emporter », renchérit un peu plus loin un chant enlevé.