La chute de l’empire Dogan ou le crépuscule des médias en Turquie

Par

De tous les magnats de la presse turque, Aydin Dogan était le plus grand. Pendant des décennies, son empire a fait trembler les gouvernements. Jusqu’à ce que son chemin croise celui de Recep Tayyip Erdogan. La vente de ses derniers bastions médiatiques à un homme lige du président marque la fin d’une ère et sonne le glas du pluralisme de la presse en Turquie.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– Avec près de 150 titres fermés autoritairement depuis l’été 2016 et autant de journalistes emprisonnés sous prétexte de lutte contre divers « terrorismes », le monde des médias turcs semblait à l’épreuve de toutes les surprises. La nouvelle a pourtant fait l’effet d’une bombe : après 40 ans passés à la tête du plus grand empire médiatique de Turquie, Aydin Dogan a jeté l’éponge.