Après le Brexit, l’Europe centrale est déterminée à jouer sa carte

Par

Le référendum britannique renforce la cohésion du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie), déjà à l’œuvre lors de la crise des réfugiés. Même si ces pays assurent vouloir avancer à l’unisson avec les Vingt-Sept, une vision de l’Europe refait surface : celle d’une Union limitée à un grand marché avec un poids renforcé des États membres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Neuf cent mille. C'est le nombre (estimé) de Polonais vivant aujourd'hui au Royaume-Uni. À lui seul, ce chiffre peut expliquer pourquoi Varsovie s'est sentie, très vite, très concernée par le résultat du référendum britannique. Qu'allait-il advenir de ses ressortissants, déjà stigmatisés pendant la campagne par les partisans du Brexit ?…