Les Mexicaines se révoltent contre les violences envers les femmes

Par Marie Hibon

Des militantes féministes et des mères de victimes occupent depuis début septembre les bureaux de la Commission nationale des droits de l’homme à Mexico. Un cri impérieux face à des institutions inefficaces et une violence contre les femmes toujours grandissante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mexico (Mexique).– La Commission nationale des droits de l’homme, située au 60, rue Republica de Cuba, dans le centre historique de la capitale mexicaine, n’est plus. Depuis la semaine dernière, le bâtiment a été rebaptisé « Casa de Refugio Ni Una Menos » (« Refuge “Pas une de moins” », d’après un slogan né en Argentine et généralisé en Amérique latine qui réclame que la violence machiste ne fasse pas une seule victime supplémentaire), comme le signale la bannière qui ceint désormais la porte d’entrée.