Algérie: à Oran, la répression empêche toute mobilisation pendant l’élection

Par Nejma BRAHIM

Depuis trois jours, la police harcèle les manifestants à Oran pour empêcher toute tentative de mobilisation avant et pendant l’élection présidentielle du 12 décembre. Ce jeudi, les opposants ont été réprimés, tandis que la participation dans les bureaux de vote était faible.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Oran (Algérie), envoyée spéciale.– Ils se sont donné rendez-vous devant le lycée Lotfi, au centre-ville d’Oran, pour dire non à l’élection présidentielle du jeudi 12 décembre en Algérie. « Pour nous, les cinq candidats sont la continuité du système contre lequel on lutte depuis des mois », lâche Naouel*, 18 ans. Dès 16 heures, la centaine de manifestants se dirige en bloc vers Miramar. Les slogans s’emparent de leurs voix : « Il n’y a pas d’élections avec la mafia ! » ; « Réveillez-vous, les Oranais, réveillez-vous, on mourra pour notre pays s’il le faut ! ».