Carlos Ghosn, de la rigueur japonaise à l’impunité française

Par

Si l’affaire Ghosn révèle la rigueur de la justice nipponne, elle confirme aussi la situation d’impunité dont profitent en France de nombreuses personnalités. Voulant protéger le PDG de Renault, Bruno Le Maire a ainsi assuré qu'il n’y avait « rien de particulier à signaler sur sa situation fiscale », alors que le grand patron s’est fiscalement domicilié depuis 2012 aux Pays-Bas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la colère des « gilets jaunes », il n’y a pas que les problèmes de pouvoir d’achat. Il y a aussi une aspiration à une refondation démocratique, dont la revendication du référendum d’initiative citoyenne pourrait être l’un des ressorts. Et puis il y a le sentiment que les puissants de ce pays usent de passe-droits au moment même où de lourds sacrifices sont demandés aux citoyens ordinaires, quils profitent de prébendes ou d’une situation d’impunité…