Yang Jisheng, historien dissident des tragédies du maoïsme

Par

Après avoir travaillé sur le Grand Bond en avant, l’ancien journaliste de l’agence Chine nouvelle s’est penché sur une autre période taboue de l’histoire communiste, la Révolution culturelle lancée par Mao en 1966. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yang Jisheng, né en 1940, a consacré une large partie de sa vie à vanter les vertus du Parti communiste chinois. En effet, à partir de 1968, il a travaillé comme journaliste à l’agence officielle, Chine nouvelle (« Xinhua », en mandarin), l’un des rouages essentiels de l’appareil de propagande de la République populaire de Chine fondée en 1949 par Mao Zedong. Les mauvaises nouvelles, il les gardait pour lui ou pour les hauts dirigeants. Le peuple, lui, n’avait droit qu’à ce qu’on n’appelait pas encore les « faits alternatifs ».